Archives du journal 2012-2014

Dans les détails de la liste de Thierry Bonté

Le 05 mars 2014

«Notre liste est composée de vrais gens. Personne n'a loué un garage à Amiens pour être candidat», plaisantait Thierry Bonté lors de la présentation de sa liste, Osons Amiens, le 19 février dernier dans l'amphithéâtre de l'Espace Dewailly. Sans les nommer, il raillait ici certains colistiers de Brigitte Fouré, accusés d'être des Amiénois de circonstance (voir ici ou ).

La tête de liste socialiste qualifiait également sa propre équipe de «rajeunie, renouvelée» et vantait sa «très belle diversité professionnelle et géographique». Nous allons voir que ce n'est pas forcément le cas.



Lors de la présentation de la liste Osons Amiens, le 19 février dernier, Espace Dewailly.

Alors, de quoi Osons Amiens est-il le nom?

Cette liste est d'abord une liste d'union de partis de gauche. On y retrouve très majoritairement (vingt-quatre sur les quarante-quatre «encartés» de la liste) des membres du Parti socialiste (PS). Puis viennent huit membres du Parti communiste français (PCF), sept d'Europe-Écologie-Les-Verts (EELV), trois du Mouvement républicain et citoyen (MRC) et deux du Parti radical de gauche (PRG).

Onze colistiers «sans étiquette» composent également la liste de Thierry Bonté. Pourtant, certains ont déjà fréquenté des partis politiques. C'est le cas d'Émilie Thérouin, adjointe au maire en charge de la sécurité, qui avait quitté EELV à la fin de l'année 2012 et qui est aujourd'hui très proche du PS. Chez les «sans étiquette» on trouve aussi d'anciens membres du PCF comme François Cosserat et Isabelle Graux, tous deux élus sortants du groupe «Communistes et citoyens».

Mais justement, combien d'élus de la mandature 2008-2014 sont à nouveau sur la liste de Thierry Bonté cette année? Vingt-deux. La liste est donc renouvelée à 60%. Néanmoins, on peut constater que, chez Osons Amiens, huit des dix premiers colistiers sont des élus sortants. Le premier «petit nouveau» de la liste arrive en 5e position: c'est René Anger.

Cet ancien (et toujours un peu) directeur de cabinet du président du conseil régional de Picardie tente un retour dans la Ville, quelques décennies après avoir été adjoint aux affaires économiques (de 1983 à 1989) lorsque René Lamps (PCF) était le maire de la capitale picarde. Très influent au sein de la liste, René Anger est notamment allé chercher l'un de ses proches, Jean-Bernard Grubis (35e position), ancien conseiller municipal de la majorité de Gilles de Robien. Une sorte d'ouverture à droite.

Pour rappel, lorsqu'il tentait encore d'être désigné tête de liste PS à l'automne dernier, René Anger déclarait dans les colonnes du Télescope: «Je ne me vois pas adjoint de Thierry Bonté». C'est pourtant ce qui se profile en cas de victoire d'Osons Amiens. Dans ce même entretien, René Anger indiquait en outre qu'il était opposé au financement de la seconde tranche de travaux à la citadelle et restait plus que mesuré sur l'opportunité de faire circuler un tramway dans la ville.

À l'automne dernier, Thierry Bonté et René Anger, finalistes socialistes pour la désignation de la tête de liste, s'étaient opposés de manière virulente. Depuis, l'intérêt commun a pris le dessus et les deux hommes affichent publiquement leur complicité. Lors de la présentation de ses colistiers le 19 février, Thierry Bonté a même réservé un chaleureux «mon ami» à son adversaire d'hier.

Si l'on parlait d'ouverture à droite avec la présence sur la liste d'un ancien conseiller municipal de Gilles de Robien, on peut également noter une ouverture à gauche avec la présence en 50e position d'Aurélie Devauchelle. En 2008, cette formatrice amiénoise était candidate sur la liste «100% à gauche» menée par Francis Dollé (LCR).

Ceux qui partent, ceux qui restent

L'actuelle majorité municipale compte quarante-trois élus. On l'a dit, seuls vingt-deux élus rempilent. Alors, qui n'a pas été retenu? Pour faire le point, il est intéressant de se pencher sur les groupes politiques qui composent l'actuelle majorité municipale.

À Amiens, le groupe majoritaire est le groupe «PS-MRC-PRG» composé de vingt-six élus. Seuls quatorze d'entre eux ont retrouvé une place sur la liste de Thierry Bonté. Du côté des absents, on note évidemment le maire Gilles Demailly qui ne se représentait pas, ainsi que son premier adjoint Étienne Desjonquères, qui était favorable à une liste Front de gauche autonome du PS au premier tour. Autre membre de ce groupe, Mohamed Boulafrad, exclu du PS, a choisi de mener sa propre liste «de centre gauche» pour l'élection. Et l'on notera également l'absence d'Alain David, actuellement vice-président à la Culture d'Amiens métropole.

Dans le groupe des écologistes, composé de sept élu(e)s, outre Émilie Thérouin, seuls Marion Lepresle et Jean-Pierre Tétu (EELV tous les deux) sont à nouveau candidats, avec une belle 4e place pour la première, actuellement adjointe à l'éducation.

Mais le seul groupe qui peut se féliciter de reconduire 100% de ses élus, c'est le groupe «Communistes et citoyens» de Jacques Lessard (3e), Pascaline Annoot (8e), Laurent Beuvain (11e), François Cosserat (31e) et Isabelle Graux (34e). D'ailleurs un groupe d'une moyenne d'âge assez élevée, 59 ans, alors que la moyenne d'âge de l'ensemble de la liste Osons Amiens est de 48 ans.

À l'inverse, les groupes «Communistes en action» et «Sans étiquette» ne sont pas du tout représentés dans la liste de Thierry Bonté. Pas étonnant pour le premier, composé de trois personnes et animé par Cédric Maisse, candidat de son côté sur la liste «Aube nouvelle». Quant au second groupe, «Sans étiquette», il se compose d'une unique personne: Jean-François Vasseur, le vice-président d'Amiens métropole en charge du développement économique. Ce dernier, volontaire pour rempiler, n'a pas trouvé sa place sur la liste Osons Amiens.

Thierry Bonté se félicitait, le 19 février, d'une «très belle diversité professionnelle» parmi les membres de sa liste. Or, on ne peut pas vraiment le dire. Car lorsqu'on ôte les cadres du secteur public et les candidats enseignants ou formateurs d'Osons Amiens, on ampute la liste de presque 45%.

Comme on le voit ci-dessous, quatorze colistiers d'Osons Amiens occupent de bonnes places dans les services du conseil régional de Picardie, du conseil général de la Somme, de la Ville ou de l'État. Il est à noter que la liste d'union de la droite menée par Brigitte Fouré comptait elle aussi une forte représentation des cadres du secteur public.

Par ailleurs, chez Osons Amiens, dix colistiers sont enseignants (du premier degré jusqu'à l'enseignement supérieur) ou formateurs. Chez Brigitte Fouré, c'étaient les médecins qui arrivaient en seconde position (voir ici).

En revanche, «la très belle diversité» vantée par Thierry Bonté tient bien mieux ses promesses en matière géographique. Hormis une légère sur-représentation du centre-ville, les colistiers d'Osons Amiens représentent assez bien l'ensemble des quartiers de la ville.



Retrouvez page suivante la liste complète.

Voici la liste Osons Amiens avec, en italique, les élus sortants.

1- Thierry BONTE, 56 ans, journaliste, La Neuville, PS

2- Maryse LION LEC, 64 ans, retraitée enseignement supérieur, Centre-ville, PS

3- Jacques LESSARD, 59 ans, cadre administratif, Saint-Acheul, PCF

4- Marion LEPRESLE, 54 ans, ingénieur d'études formation continue, Saint-Honoré, EELV

5- René ANGER, 59 ans, conseiller spécial du président du conseil régional, Saint-Anne, PS

6- Françoise BERGER, 63 ans, médecin, Châteaudun, PS

7- Didier CARDON, 56 ans, proviseur lycée, Saint-Acheul, PS

8- Pascaline ANNOOT, 61 ans, responsable associative, Val d'Avre, PCF

9- Thomas HUTIN, 38 ans, ingénieur territorial, Gare - La Vallée, EELV

10- Valérie WADLOW, 49 ans, conservateur des bibliothèques, Henriville, PS

11- Laurent BEUVAIN, 43 ans, chargé de mission, Gare - La Vallée, PCF

12- Sofia ABDOUN TERCHANI, 50 ans, contrôleur du travail, Sud-Est, PS

13- Guillaume BONNET, 34 ans, infirmier, Saint-Maurice, PRG

14- Anita KRSTIC, 36 ans, conseillère socio-professionnelle, Saint-Maurice, MRC

15- Jacques GOFFINON Jacques, 60 ans, journaliste, Saint-Pierre, MRC

16- Blandine DENIS, 41 ans, chargée d'étude économie, Centre-Ville, sans étiquette

17- Lucien FONTAINE, 45 ans, conseiller UGAP, Saint-Honoré, PS

18- Chantal LECOSSOIS, 48 ans, employée commerciale grande distribution, Elbeuf, PCF

19- Tarik BAIS, 32 ans, commercial, Nord, PS

20- Emmanuelle STEUPERAERT, 27 ans, assistante parlementaire, Saint-Germain, EELV

21- Pierre FERAND, 42 ans, directeur d'association, Sud-Est, PS

22- Karine MESSAGER, 43 ans, chargée de recherche en sociologie, Henriville, PS

23- Éric MEHIMMEDETSI, 48 ans, professeur histoire géographie, Saint-Anne, PS

24- Marie-Hélène LUCZAC, 57 ans, directrice des Ressources Humaines, Elbeuf, sans étiquette

25- Jean-Pierre TETU, 58 ans, cheminot SNCF, Saint-Honoré, PS

26- Clarisse DE SAINT AMOUR, 40 ans, avocate, Saint-Roc, PS

27- Naceur DJERIBI, 62 ans, responsable associatif, Nord, sans étiquette

28- Émilie THEROUIN, 32 ans, consultante, Saint-Germain, sans étiquette, ex-EELV

29- Francis LEC, 67 ans, avocat, Centre-Ville, PS

30- Sylvie THUILLIER, 57 ans, enseignante, Saint-Pierre, PS

31- François COSSERAT, 74 ans, retraité CNAM, La Hotoie, sans étiquette, ex-PCF

32- Mounia AZAMI, 34 ans, chef de rayon grande distribution, Étouvie, PS

33- Stéphane MAGNIER, 35 ans, assistant d'éducation, Saint-Leu, EELV

34- Isabelle GRAUX, 59 ans, attachée territoriale, Fbg. De Noyon, sans étiquette, ex-PCF

35- Jean-Bernard GRUBIS, 44 ans, chef d'entreprise, Saint-Pierre, sans étiquette

36- Annie CATELAS, 54 ans, directrice d'école, Nord, sans étiquette

37- Serge RAIS, 64 ans, retraité Goodyear, Centre-Ville, PS

38- Virginia QUINTERO, 32 ans, commerciale, Sud-Est, PCF

39- Nourddine BOUCHAAL, 43 ans, agent territorial, Val d'Avre, PS

40- Caroline PLESNAGE, 44 ans, chargée de mission Egalité, Henriville, sans étiquette

41- Benjamin LUCAS, 23 ans, étudiant, Saint-Acheul, PS

42- Annie BUTEZ, 64 ans, contrôleur des finances, Saint-Pierre, PCF

43- Antoine FOURNIER, 23 ans, étudiant, Saint-Anne, sans étiquette

44- Anne-Françoise DAVIS, 60 ans, professeur d'anglais, Sud, EELV

45- Patrick JOAN, 57 ans, retraité EDF, Renancourt, PCF

46- Brigitte LOUCHART, 56 ans, adjoint administratif, Plein Sud, PS

47- Jean-Pierre ARNOULD, 64 ans, universitaire, Saint-Acheul, PS

48- Virginie COUTURIER, 46 ans, serveuse, Saint-Roch, MRC

49- Philippe LEDUNCQ, 45 ans, cadre mutuelle, Saint-Honoré, PRG

50- Aurélie DEVAUCHELLE, 35 ans, formatrice, Saint-Maurice, sans étiquette

51- Mohamed EL HADRI, 48 ans, agent de sécurité incendie, Nord, PS

52- Louise LACOMBE, 27 ans, sans profession, Centre-ville, PCF

53- Hughes MINI, 40 ans, administrateur culturel, Plein Sud, PS

54- Aurore CHARDONNET, 27 ans, chef de projet, Saint-Leu, PS

55- Christophe PORQUIER, 46 ans, conseiller principal d'éducation, Saint-Roch, EELV