Archives du journal 2012-2014

Désignés pour administrer Amiens

Le 06 avril 2014
Enquête commentaires
Par Rémi Sanchez

Autour de Brigitte Fouré, les seize adjoints de cette nouvelle municipalité.

«La majorité des Amiénois m'ont demandé de participer à son réveil». Au réveil d'Amiens, «la belle endormie» comme l'a surnommée Brigitte Fouré dans son discours inaugural, vendredi dernier, lors du premier conseil municipal de ce nouveau mandat.

«Oui à l'avenir de la ville! Un avenir qui doit être réfléchi, amendé, débattu.» Quelques minutes après que le conseil municipal l'ait élue maire d'Amiens, Brigitte Fouré se voulait rassembleuse: «Tout doit être connu et débattu dans cette assemblée ainsi que dans celle de la métropole», «nous avons besoin d'une majorité et d'une opposition de qualité», expliquait-elle encore, en saluant la «disponibilité» et l'«élégance» de Gilles Demailly, venu l'accueillir au seuil de la mairie.

Aux côtés de Brigitte Fouré, seize adjoints ont été élus par les 42 élus de la majorité. L'opposition (gauche et extrême droite) ayant choisi de s'abstenir. Pour une ville de la taille d'Amiens, seize est le nombre maximum autorisé d'adjoints au maire; ils représentent 30% du total des conseillers municipaux. Parmi ceux-ci, Brigitte Fouré a décidé de créer cinq postes d'adjoints de secteurs ce qui, légalement, l'aurait autorisée à dépasser ce chiffre.

Les élus deux par deux

Parmi ses colistiers, Olivier Jardé avait, pendant la campagne de la désignation de la tête de liste UDI, proposé des équipes resserrées pour faire des économies. Ce conseil n'aura pas été suivi, puisque les adjoints sont plus nombreux aujourd'hui qu'avec Gilles Demailly. En outre, alors qu'Olivier Jardé ne souhaitait pas «diluer les responsabilités», Brigitte Fouré semble prôner leur partage: «Les élus de secteurs travailleront sur toutes les thématiques, de la même façon que les adjoints thématiques travailleront sur tous les secteurs: aucun élu ne pourra décider seul, la décision sera toujours prise entre l'élu de secteur et l'élu territorial». C'est avec cette idée d'un fonctionnement très collégial que Brigitte Fouré a conçu son mandat.

Élus de secteurs, élus thématiques, lesquels sont les plus importants? Et que représentent les places des adjoints? On constate que la première adjointe est Nedjma Ben Mokhtar, «d'une loyauté parfaite lorsqu'elle était avec moi dans l'opposition» selon Brigitte Fouré, et désormais en charge du secteur ouest. En revanche, les autres adjoints de secteurs sont relayés plus loin dans la liste, entre la 8e et les dernières places [voir la liste complète des adjoints à la fin de cet article].

«Il ne faut pas chercher le sens trop loin, explique Brigitte Fouré. La première adjointe est la plus importante car c'est elle qui sera chargée de me remplacer en cas d'empêchement. Pour les autres postes, les places ont été décidées selon leur prestige, en quelque sorte. Mais les adjoints de secteurs ne sont pas moins importants à mes yeux.»

Connaissance du terrain

Les adjoints ont été choisis en fonction de leur compétences et de leur disponibilité, explique Brigitte Fouré. On le constate, les places n'ont pas été distribuées au hasard. Ainsi le deuxième adjoint, Benoît Mercuzot, ancien maire UMP de Dury et conseiller métropolitain s'occupera des finances. Quant à la troisième adjointe, Annie Verrier, qui doit s'occuper de la santé et de la dépendance, n'est pas étrangère à la fonction: elle est psychologue et présidente d'une association à visée médico-éducative.

De la même façon, Clément Stengel, pompier de métier, sera l'adjoint chargé de la sécurité et de la tranquillité publique. Car la sécurité ne concerne pas que la police municipale mais aussi les règlements de sécurité des bâtiments publics, un domaine dans lequel les soldats du feu ont toute compétence.

Autre exemple: la délégation regroupant commerce et animation, confiée à Renaud Deschamps qui, jusqu'en 2010, tenait un blog sur les restaurants, les sorties et les lieux incontournables d'Amiens. Il s'intéresse donc à ces questions depuis longtemps, et estime avoir une certaine connaissance du monde du commerce et de l'entreprise de part son métier d'assureur. «De toute façon, les décisions ne se prendront pas seul, mais en collaboration avec les agents des services de la ville», assure-t-il. Renaud Deschamps, comme Clément Stengel, discutaient depuis longtemps de ces sujets avec Brigitte Fouré.

De gauche à droite, Renaud Deschamps et Clément Stengel, quelques minutes avant d'être élus adjoints à la maire.

Pour d'autres, la délégation est arrivée un peu par surprise. «J'ai 24 ans, je pense que je connais bien les attentes des jeunes!» Margaux Delétré, qui est responsable des jeunes UMP de la Somme devient adjointe à la jeunesse. Si la délégation lui paraît complètement cohérente, comme pour les autres élus rencontrés, elle n'a pourtant pas choisi directement cette place. «C'est comme pour ma place dans la liste [Margaux Delétré était troisième de la liste Rassemblés pour agir, ndlr.] je n'ai pas candidaté. Alain Gest et Brigitte Fouré sont venus me proposer. Ils m'ont demandé mes disponibilités et je leur ai dit que je serai libre à 100% dès le mois de juin», ce qui a dû convaincre le couple UMP-UDI de faire confiance à cette jeune femme qui termine ses études cette année.

En discussion avec Alain Gest

«Après l'élection, on m'a demandé sur quoi je voulais m'investir, explique de son côté Martin Domise, 16e adjoint qui occupera la mairie de quartier Pierre-Rollin. Entre adjoints, vice-présidents de la Métropole et conseillers délégués, il y avait beaucoup de places différentes, et je suis arrivé dans la discussion sans prétention, vu mon jeune âge». Cette discussion a eu lieu avec Alain Gest, qui s'occupait de recueillir les desiderata des troupes issues de l'UMP, ainsi qu'avec Fabrice Hinschberger, proche de Brigitte Fouré et futur membre du cabinet de la maire d'Amiens.

Martin Domise, jeune homme de 24 ans qui sort d'école de commerce, aurait été tenté par le monde de l'entreprise mais il prend la délégation avec gratitude, se réjouissant à l'avance «d'être au contact avec les gens». «Ce sera très formateur: c'est une délégation transversale, où je devrais m'occuper aussi bien de la voirie que des espaces verts, que des commerçants...» C'est d'ailleurs son premier geste en tant qu'adjoint du secteur sud, après avoir salué tous les fonctionnaires présents dans la mairie de quartier ce samedi 5 avril, il est allé se présenter aux commerçants de Pierre-Rollin.

Rencontrer les services

Comment ces plus jeunes élus comptent-ils se préparer à leurs responsabilités? «En me plongeant dans les dossiers dès lundi [aujourd'hui, ndlr] et en commençant à discuter des projets avec Brigitte Fouré», explique Margaux Delétré. Martin Domise compte également rencontrer, dès aujourd'hui, le directeur de proximité de son secteur.

Dès samedi, Martin Domise s'est rendu dans la mairie de quartier Pierre-Rollin

Autre adjoint, Vladimir Mendès-Borgès (Modem) s'occupera du secteur nord dans lequel il vit depuis 1987. Pour se préparer à ses prochaines responsabilités, il s'est mis à son compte dans son métier de consultant en financements européens, afin de maîtriser son emploi du temps. Il a également discuté de la fonction avec Brigitte Fouré et Jean-Yves Bourgois, deux anciens adjoints du secteur nord. Il commencera tôt le dialogue avec un monde associatif du quartier qu'il connaît déjà, pour en avoir fait partie.

Clément Stengel, le nouvel adjoint à la sécurité, a quant à lui déjà rencontré celle qui l'a précédé aux responsabilités, Émilie Thérouin. «Pendant la campagne nous avons beaucoup échangé sur Twitter et nous avions conclu de discuter de ces questions après l'élection, quel qu'en soit le résultat». L'ancienne et le nouveau ont donc échangé pendant une heure et demie sur «sur les dossiers, le bilan du mandat, les sujets les plus urgents pour la continuité, sur le modèle de la ZSP». Le nouvel adjoint, qui a été militant socialiste jusqu'en 2008, espère que ce dialogue se poursuivra au-delà des élections. Il va maintenant s'employer à rencontrer ses services, la préfecture et les partenaires associatifs.

Renaud Deschamps, qui salue la démarche d'Émilie Thérouin, s'annonce ouvert à la rencontre avec ses prédécesseurs Jacques Goffinon et Éric Mehimmedetsi, s'ils le lui proposent. Il compte d'abord travailler sur les dossiers les plus urgents de sa délégation, comme Amiens-les-bains 2014 ou les festivités de la fête nationale dont les appels d'offres doivent bientôt se clôturer.

Lors du prochain conseil municipal, le 14 avril, les seize adjoints devraient connaître les noms des élus qui viendront les rejoindre en tant que «conseillers municipaux délégués». Mais, pour le moment, on ne sait ni combien ils seront, ni leur identité. Comme pour l'élaboration de la liste des adjoints, c'est Brigitte Fouré et Alain Gest qui y travaillent.

La liste des adjoints élus par le conseil municipal:

1ère adjointe : Nedjma Ben Mokhtar, adjointe de secteur Ouest.
2ème adjoint : Benoît Mercuzot, adjoint aux finances.
3ème adjointe : Annie Verrier, santé et dépendance.
4ème adjoint : Jean-Christophe Loric, urbanisme et logement.
5ème adjointe : Margaux Delétré, jeunesse.
6ème adjoint : Alain Gest, relations internationales, anciens combattants et voirie.
7ème adjoint : Mathilde Roy, éducation et petite enfance.
8ème adjoint : Patrick Pigout, adjoint du secteur centre.
9ème adjoint : Florence Rodinger, environnement et qualité de vie.
10ème adjoint : Renaud Deschamps, commerce, cérémonies et animations événementielles.
11ème adjoint : Anne-Sophie Brunel, état-civil et population.
12ème adjoint : Clément Stengel, sécurité et tranquillité publique.
13ème adjoint : Nathalie Lavallard, démocratie locale.
14ème adjoint : Vladimir Mendès-Borgès, adjoint de secteur Nord.
15ème adjoint : Marie-Hélène Bouchez, adjointe de secteur Est.
16ème adjoint : Martin Domise, adjoint de secteur Sud.

Dans l'œil du Télescope

Les entretiens ont été menés samedi 5 avril.